Archives par mot-clé : Modèles territoriaux

Quatre modèles territoriaux de monnaies locales en région AURA

Jérôme Blanc

Un travail d’approche a permis d’identifier des ensembles ou modèles de monnaies locales (ML) en fonction des caractéristiques de leur territoire de circulation et de leur propre extension sur ce territoire. Il se base sur les expériences de la région Auvergne-Rhône-Alpes (AURA). Il compile des données simples sur les territoires concernés, telles que les populations et superficies pour chaque territoire dans son ensemble et pour les communes et agglomérations concernées. Il propose une méthode pour circonscrire l’étendue des territoires concernés. Il compile enfin des données de base de l’activité des ML, telles que le nombre de prestataires, d’usagers particuliers et la masse monétaire globale, de sorte notamment de pouvoir élaborer un indicateur synthétique de taille de chaque monnaie locale.

Quatre modèles territoriaux de monnaies locales en région AURA

L’objectivation de ces territoires pour 11 ML de la région AURA conduit à identifier quatre groupes de ML selon des variables d’intensité de la circulation monétaire sur le territoire, d’emprise des adhérents dans la population, de concentration des prestataires dans la ville-centre et de densité des prestataires sur le territoire.

M1 – Gonette et léman : de grandes ML sur des territoires denses marqués par une grande concentration dans l’intercommunalité centre

La gonette et le léman constituent les deux plus grandes monnaies locales de l’échantillon du point de vue de leur indicateur de taille, mais sans qu’il y ait d’écart vertigineux avec la doume et le cairn (M1), selon les données 2020. La population du territoire effectif total (TET) est bien supérieure à celle des autres ML, puisqu’elle dépasse le million d’habitants, et l’intercommunalité centre (respectivement celles de Lyon et de Genève [1]) a un poids très important dans la population totale. Il en résulte une densité de population très élevée dans ces intercommunalités, qui concentrent une proportion particulièrement élevée des prestataires membres (respectivement 91% et 65%). En revanche, avec une population si élevée, l’intensité territoriale de la ML, c’est-à-dire sa taille rapportée à la population, est plus faible que celle de certaines monnaies locales de moindre extension (doume, elef, voire cairn et soudicy).

M2 – Cairn et doume : de grandes ML sur de vastes territoires et diversement structurées par une intercommunalité centre

Le cairn et la doume constituent deux ML partageant une forte intensité territoriale de la masse monétaire (T1) pour un territoire assez vaste dans lequel l’intercommunalité centre (respectivement, celles de Grenoble et de Clermont-Ferrand) ne dispose pas d’un poids écrasant dans l’écosystème des prestataires membres. Dans les deux cas, en effet, le territoire effectif total des communes disposant de prestataires membres dépasse les 3000 km2, et l’intercommunalité centre, assez densément peuplée, rassemble moins de la moitié des prestataires membres. La part des prestataires implantés dans l’intercommunalité centre est assez proportionnelle à la population de l’intercommunalité, nettement plus grande dans le cas du cairn. L’intensité territoriale de la masse monétaire (T1) est parmi les plus élevées, ce qui signifie que, rapporté à la taille de la population, l’extension de la monnaie locale est importante.

M3 – Eco du bon sens, lien et gentiane : des ML modestes sur des territoires relativement restreints et marqués par une concentration élevée dans l’intercommunalité centre

Un troisième modèle rassemble l’éco du bon sens (à 2015), le lien et la gentiane. Ce sont des monnaies locales dont le territoire effectif total est relativement restreint (entre 220 et 430 km2), et dans lequel l’intercommunalité centre, moyennement dense, pèse fortement (respectivement, celles d’Annemasse, de Saint-Etienne et d’Annecy), à tel point qu’elles concentrent entre 63 et 83% des prestataires adhérents (la concentration la plus forte étant celle de Saint-Etienne métropole). Ces monnaies locales ont une circulation assez modeste par rapport à la population du territoire effectif total, ce qui conduit à une intensité territoriale (T1) assez faible.

M4 – Soudicy et lucioles : des ML sur des territoires ruraux plutôt diffus et polycentriques

Le quatrième modèle est celui de ML principalement déployés dans des territoires ruraux et où il n’existe pas d’intercommunalité centre mais plusieurs intercommunalités qui rassemblent un nombre relativement important de prestataires. Le territoire effectif total de circulation est de taille assez différente mais très rural. Dans les deux cas, la principale intercommunalité du point de vue du nombre de prestataires membres dispose d’une densité de population faible et elle est de petite taille. Elle concentre entre 22 et 26 % des prestataires. D’autres intercommunalités sont présentes, il y a donc une certaine polycentricité de la ML. Compte tenu de leurs caractéristiques, ces ML parviennent à développer une intensité territoriale relativement importante (soudicy, entre cairn et léman ; lucioles, proche du léman).

Cas hybrides : élef et babet

Le cas de l’élef se rapproche des modèle 2 (cairn et doume) et du modèle 3 (lien, gentiane, éco du bon sens) par la densité de population dans l’intercommunalité centre (Chambéry). Elle est plus proche du modèle 2 par l’intensité territoriale de la masse monétaire par habitant, mais elle est plus proche du modèle 3 ainsi que du modèle 1 par la concentration des prestataires dans l’intercommunalité centre (près de 80% des prestataires sont membres de l’intercommunalité de Chambéry), tout en étant nettement différente du modèle 2, et plus proche du modèle 3, par sa taille.

De son côté, le babet est assez proche du modèle 4 des petites monnaies locales polycentriques. Sa particularité est cependant d’inclure un nombre significatif de prestataires dans la grande commune et  dans l’intercommunalité de Saint-Etienne, en périphérie de son territoire déclaré (le parc naturel régional du Pilat). De ce point de vue, le babet se rapproche du modèle 3 par la faiblesse de l’intensité territoriale. Si le babet ne disposait pas de prestataires à Saint-Etienne métropole, cette monnaie serait très proche du modèle 4.


[1] Pour Genève, qui n’a pas d’intercommunalité, il est question de l’aire urbaine.